Enfants sourds-aveugles, des laisser pour compte.

Le CEFISE, lors de ses campagnes de dépistage de la surdité a découvert un phénomène : l’existence d’enfants handicapés sourds-aveugles (oui, vous avez bien lu : des enfants qui ne voient ni n’entendent) et des sourds-malvoyants. C’était dans plusieurs zones  comme  Ouagadougou,  Boulsa, Gaoua, Kaya, et Tenkodogo entre 2016-2018. Au total, plus d’une dizaine avaient été rencontrés.

En 2019 une équipe du CEFISE est repartie à la recherche de ces enfants abandonnés. Elle était animée du double objectif de constater de visu leur existence et d’explorer les esquisses de leur prise en charge. Et ce, dans le cadre de son vaste programme sur la surdité.

Dans la région du centre, précisément à Ouagadougou, deux catégories d’enfants ont été rencontrées. Il s’agit d’enfants  sourds-aveugles mais également des jeunes sourds-malvoyants

Daouda TIENDREBEOGO

Daouda, seize (14) ans, vit avec ses parents dans le quartier KARPALA. Né sourd, Daouda prenait parfois un sac d’écolier et tentait de suivre des enfants de son âge pour aller à l’école. Ces maux d’yeux ont commencé par la suite à l’âge de 7 ans et ses parents ont couru après  plusieurs médecins mais rien ne fit pour sauver sa vision.

Abdoul-Rahim

Abdoul Rahim, dix (10) ans, vit également à Ouagadougou. Malentendant, il va à l’école avec les enfants de son âge. Un jour il tombe malade et au fil des examens médicaux, les résultats conclurent qu’il est atteint de la méningite. Alors commencent les problèmes de Abdoul qui va perdre totalement la vision et aggravé ses difficultés d’audition.

BOULSA

BOULSA est le chef-lieu de la province du Namentenga, au centre-nord du Burkina, à 184 kms de Ouagadougou. L’équipe a effectué la mission dans trois localités de la province à la recherche de trois enfants sourds-aveugles dont une fille et deux garçons.

ABIBOU

Les visiteurs ont pu retrouver ABIBOU et sa famille. ABIBOU a grandi et est devenue une jeune fille de quinze (15) ans. Née sourde, elle ne connaissait pas de maux d’yeux et allait à l’école primaire avec sa grand-sœur PABASDA (en classe de 4e ). Un jour, elle fit comprendre à ses parents qu’elle souffrait de l’œil gauche, puis l’œil droit. Cela va les conduire dans plusieurs centres sanitaires. Ainsi, ils ont consulté des médecins et même des tradipraticiens, mais rien ne fit. Les problèmes d’yeux d’ABIBOU ont commencé en 2016 alors qu’elle avait 12 ans. Il faut signaler que pour l’audition aussi, les parents ont essayé quelque chose d’où la rencontre avec les animateurs du CEFISE lors d’une campagne de dépistage de la surdité. ABIBOU a deux frères et trois sœurs et la famille dit ne pas avoir de problème d’hérédité concernant les problèmes de vision. ABIBOU est très attachante et beaucoup entourée par ses parents et surtout sa grand-sœur PABASDA.

HAMIDOU et ses parents

HAMIDOU, 12 ans, né sourd, il a été scolarisé à l’école des sourds de BOULSA. Il perd la vue en 2015 suite à une maladie et malgré les tentatives de récupération. Dans la famille, un cousin de HAMIDOU âgé de plus de 30 ans est rentré de la Côte d’Ivoire avec des problèmes de vision et est devenu aussi aveugle. HAMIDOU a deux petites sœurs jumelles âgées de six (6) ans.

Kaya : Joseph et Célestin (les SAWADOGO)

La situation sécuritaire n’a pas permis à l’équipe de retourner voir Joseph à Kaya ; quant à son petit frère Célestin également sourd-aveugle, il serait décédé.

 

Certains sont décédés malheureusement, entretemps, comme SAIDOU ( en bleu ciel)  et Célestin (en orange).

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.